29/11/2004

fatigue

Ses hurlements l’avait réveillée, encore une fois, comme si seize fois dans la nuit n’avait pas suffit. La jeune fille sort un pied de ses draps, et puis l’autre, laisse glisser ses jambes en bas du lit, et relève le torse. Quand elle pense que c’est elle qui a fait ça, cette petite chose qui braille sans s’arrêter, ne lui sourit jamais, c’est à peine s’il la regarde. Peut-être que ça aurait été différent si ce gosse avait eu un vrai père… Elle n’en sait rien. Et il continue de hurler. Est-ce qu’un jour ses poumons se videront pour ne plus jamais se remplir ? Peut-être que ce serait mieux. Lentement elle se dirige vers le berceau, est-ce qu’un jour il va cesser de la rendre sourde ? Elle voit sa tête hideuse, rouge, humide, des cheveux crépus, des petits bras qui gesticulent en tout sens, ses regards vides. Mais que veut-il encore ce gosse ? Il ressemble déjà à son père, comment cela est-il possible ? Elle ne veut pas revoir son visage, ce visage à l’expression avide, ce regard absent, neutre, qu’elle n’a vu que pendant qu’il… Enfin il s’arrête de pleurer, définitivement elle l’espère. D’où vient ce sang qu’elle a sur les mains ? Elle ne comprend pas.

00:05 Écrit par tiens-c-est-qui- | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Comme je le disais à côté, j'ai été ravi de découvrir tes textes. A bientôt pour la suite ? ;)

Écrit par : Ubu | 29/11/2004

reponse Oui,oui,ai d'autres tits textes du même genre dans mes armoires ;-)
Et d'autres que je dois encore écrire...
patience patience...

Écrit par : moi | 29/11/2004

Les commentaires sont fermés.