05/12/2004

réveil

La sonnerie du réveil  résonne dans la chambre depuis quinze minutes, mais personne encore n’est venu l’éteindre. La sonnerie s’étouffe, ralentit puis enfin s’arrête. Les pile sont plates. Et le lit, toujours occupé. Rien ne bouge. Le réveil reprend une sonnerie irrégulière, puis s’arrête définitivement. Et les aiguilles cessent de tourner.

         Une heure…Deux heures qui passent… Le téléphone sonne. Mais toujours rien ne bouge. Le répondeur se met en marche : « Qu’est-ce que tu fous ? Je t’en prie, dépêche-toi, ils vont pas attendre longtemps ! Je te préviens c’est la dernière fois ! ». Tout demeure inerte dans la pièce. Par terre, à côté du lit, des pantoufles, des vêtements sales et chiffonnés, une boîte de pizza en carton tachée de graisse, une bouteille d’eau à moitié vide. Et un bocal de médicaments renversée, ainsi qu’une lettre écrite à la main.

         Un bruit effroyable se fait entendre ; tout se met à trembler. Une petite boîte verte et blanche tombe de la table de nuit, s’ouvre brusquement, et une quinzaine de boules de cires entourées d’ouate s’étalent sur le sol. D’un coup il se réveille…Encore un de ces foutus Boeing ! Lorsqu’il relève la tête, deux de ces petites boules tombent de ses oreilles. Il regarde son réveil. Zut. Pourquoi les aiguilles ne tournent-elles plus ?

18:00 Écrit par tiens-c-est-qui- | Lien permanent | Commentaires (2) |  Facebook |

Commentaires

Très beaux textes... ... me régale à te lire => dans mes liens direct !!!

Kiss

P.S : Tu écris super bien... ;o)

Écrit par : L@rsen | 05/12/2004

Edgar Allan Poe aurait pris son pied en lisant tes nouvelles!
à+

Écrit par : crassipan2 | 06/12/2004

Les commentaires sont fermés.