08/12/2004

suicide

Ce jour-là, elle n’était pas descendue quand le repas était prêt. Plusieurs fois nous l’avons appelée, elle n’est toujours pas descendue. Sans doute écoutait-elle de la musique, ou finissait-elle un devoir, ou jouait-elle à l’ordinateur ou dormait-elle… Si nous avions su. Sa chaise demeurait vide, son assiette pleine, ses couverts propres. Papa disait en riant que sa musique de malade avait fini par la rendre sourde, et qu’elle n’avait donc pu entendre nos appels. Maman a dit en riant aussi, que c’était parce qu’elle téléphonait à un nouveau petit copain. J’avais fini mon repas, alors mon père me demanda ,un sourire en coin, d’aller écouter à sa porte. J’ai déposé ma serviette, ramené mon assiette et mes couverts à la cuisine, et j’ai monté les escaliers en silence. Je colle d’abord mon oreille à la porte…Rien. « Alors ? » entendis-je venant d’en bas. « Alors rien. ». J’ai ouvert la porte. Il faisait noir. Elle dormait dans son lit sûrement. . Et là j’ai trébuché sur quelque chose, et je me suis retrouvée par terre. J’ouvre les yeux, je vois une lame de rasoir.En bas mes parents crient « Qu’est-ce qu’il se passe ? » .Je n’ai rien su répondre.

23:02 Écrit par tiens-c-est-qui- | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.